Les poissons de nos Prépas à l’honneur à la Fondation GoodPlanet

date
Samedi, 13 mai, 2017 (Jour entier) - Vendredi, 15 septembre, 2017 (Jour entier)

La fondation GoodPlanet accueille l'EPSAA au sein de son domaine parisien.

Créée par Yann Arthus-Bertrand, GoodPlanet nous invite à (re)mettre l'humain et la nature au cœur de nos vies. Installée dans un magnifique écrin de verdure au carrefour de Longchamp (Bois de Boulogne), la fondation a ouvert ses portes le 13 mai 2017. Un week-end inaugural très réussie, avec plus de 5000 visiteurs ! À cette occasion, notre Directeur a pu présenter l’EPSAA au Président François HOLLANDE.

L'EPSAA est vraiment heureuse d'être partenaire de GoodPlanet.

Les sculptures réalisées par nos Prépa ont été installées dans le domaine en extérieur, vous pouvez les voir jusqu'à la mi-septembre 2017.

L'accès à la fondation est entièrement gratuite, tout le monde est le bienvenu. 

Pour y aller, rendez-vous sur https://www.goodplanet.org/fr/

 

Quelques mots sur l'exposition…

LA CRÉATION RESPONSABLE

Dans leurs métiers de demain les étudiants devront tenir compte de diverses contraintes : sociétales, économiques, écologiques, ... afin que leur travail soit en adéquation avec leur époque. Ces jeunes portent l’avenir et sont donc directement concernés, notamment par les problèmes d’environnement. Cette problématique est depuis longtemps prise en compte dans la pédagogie de l’école (économie circulaire pour le volume et le packaging,…). Cette année, l’EPSAA a sensibilisé ses étudiants d’atelier préparatoire sur les problématiques de la pêche intensive. C’est ainsi qu’est née une vague composée de monstres marins imaginaires réalisés en cagettes recyclées.

La contrainte : Partir d’un modèle rigide, le plier aux exigences du projet. Les étudiants ont investi la matière, expérimenté les possibles, façonné les éléments pour enfin faire émerger la forme. Ils ont mis en commun leurs capacités inventives et créatives. À partir de cagettes mises au rebus des marchés parisiens, les étudiants ont laissé aller leur imaginaire en s’inspirant du bois récupéré, délaissé, pour lui redonner vie.